27 Fév 2001

La gazette du Nord – NYS sécurité

0 Commentaire

La Gazette du Nord 24-25-26-27 février 2001 – N° 7282
Transports
Ce sujet, malheureusement d’actualité, préoccupait Jean-Marc Nys depuis plusieurs années. A la tête de l’entreprise familiale, il vient de déposer, à l’Inpi, un brevet pour son sas de sécurité pour le transport de fonds.
Un sas pour sécuriser les convoyeurs de fonds
On le dit souvent, « il fallait y penser ! ».
Jean-Marc Nys y a pensé et l’a fait. Ce passionné des Etats-Unis, et néanmoins à la tête d’une entreprise familiale de fermetures, volets roulants, portes de garage coulissantes ou basculantes…, vient d’inventer un sas qui permet de sécuriser le passage des convoyeurs de fonds du véhicule au bâtiment.

S’inspirant directement des auvents protégeant l’accès aux maisons, hôtels ou magasins des villes américaines, il décide d’y ajouter sa spécialité, le volet roulant, faisant ainsi d’une pierre deux coups : confort (pour le client), et sécurité (pour les convoyeurs).
Des piliers métalliques sont fixés sur le trottoir et permettent de le faire coulisser, grâce à une télécommande, des volets roulants, créant ainsi un sas qui va du camion aux locaux.
Afin de rendre son système esthétique, Jean-Marc Nys l’a coiffé d’une corbeille qui permet de cacher les enroulements des volets.

Ce système de base permet de multiples adaptations pratiques et esthétiques : la corbeille peut porter les couleurs ou logo des entreprises, peut-être elle aussi sécurisée par un plafond métallique ; différents matériaux peuvent être utilisés (volets pare-balles…). La télécommande peut être actionnée en fonction des besoins, depuis l’intérieur du magasin ou depuis le fourgon, laissant ainsi une grande souplesse d’utilisation. L’inconvénient est minime pour le piéton : il est prévenu par un signal sonore et un signal lumineux que l’opération démarre et son immobilisation ne dure que quelques instants.

Des banques ainsi que des sociétés de transport sont déjà intéressées. Reste à savoir si les services de voirie accepteront que l’on touche au trottoir et qui voudra bien investir dans ce système d’ici la limite légale des deux ans : les banques ou les sociétés de transport ?

 

Pour en savoir plus sur notre SAS allez voir notre article : SAS de sécurité

[haut de page]

Commenter cet article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *